Opportunités d’investissement en Haïti

L’extension de l’accord commercial préférentiel

Après avoir été voté au Sénat américain, l’extension de l’accord Commercial préférentiel de 2015 (HELP/HOPE) a été adopté par la Chambre des députés. Dans ce vote la Chambre a approuvé le projet de loi sur les préférences commerciales, qui comprend un renouvellement de 10 ans de la «African Growth and Opportunity Act » (AGOA), le renouvellement rétroactif et une mise à jour du programme « Generalized System of Preferences » (GSP) et une extension [de 10 ans – jusqu’à 2025] du programme HELP/HOPE d’Haïti.

L’Extension de l’AGOA et du programme de préférence d’Haïti va permettre aux entreprises de vêtements et de chaussures de maintenir des affaires dans ces régions sans interruption, avec la certitude que ces plateformes commerciales clés n’expireront pas.  Et cela devrait encourager l’investissement en Haïti et soutenir ses efforts de développement et la reprise économique.

L’énergie éolienne

Par ailleurs, une délégation de la compagnie Xzeres Wind Corp.,une firme américaine internationale spécialisée dans la production d’énergie éolienne, est en train d’explorer les possibilités d’investissements dans ce secteur en Haïti. La compagnie Xzeres Wind Corp,  présente entre autres au Japon, Australie, Inde, Brésil, Ukraine, Philippines et le Mexique…,  a donné la garantie que la main-d’œuvre locale sera mise à contribution dans ce projet et que des séances de formation sont prévues à cet effet. Si tout va bien, le projet devrait démarrer dans les prochains mois.

La filière laitière

La filière laitière haïtienne n’est pas bien structurée pour permettre une meilleure exploitation et valorisation de la potentialité laitière existante. Elle connaît un faible niveau de développement dans tous ses maillons notamment : la production, la collecte, la transformation et la commercialisation. De plus, le pays n’est pas doté d’une véritable politique laitière visant l’accroissement de la production et de la consommation du lait local et la réduction des importations de lait et de produits laitiers.

Les marchés jouent un rôle vital dans l’amélioration des conditions de vie des populations rurales pauvres – que ce soit les travailleurs, les producteurs et les transformateurs. Transformer ces systèmes de marché (les rendre plus rentables, équitables et efficients) peut être extrêmement puissant dans la lutte contre la pauvreté rurale, et les bénéfices peuvent être partagés sur une très grande échelle. Lorsque les femmes et les hommes pauvres sont renforcés pour travailler en collaboration, les transformations du marché peuvent apporter de l’inclusion et de l’équité au système.

Le MCI et le PNUD, en collaboration avec le MEF, le MTIC et le MARNDR ont récemment lancé le catalogue des produits typiques d’Haïti, un ouvrage présentant les potentialités du pays et qui pourrait bien devenir une référence pour les investisseurs en quête de filières prometteuses et de valorisation du patrimoine haïtien.

Les produits typiques d’Haïti : un réel potentiel pour les investisseurs

« Le café de Dondon, les noix grillées du Cap-Haïtien, le miel du Nord-Est, les Douces makos de Petit Goâve, les masques en papier mâché de Jacmel, ou encore le rara de Léogane sont autant de produits du terroir qui marquent les esprits des voyageurs » sont mis en exergue dans l’avant-propos du nouveau catalogue des produits typiques. Ces produits, sélectionnés parmi plus de 500 autres, font partie des 30 produits identifiés par le MCI et le PNUD comme étant porteurs d’opportunités pour la création de richesse en Haïti.

Aussi, les produits typiques d’Haïti ont été répartis en trois catégories. Il s’agit des produits issus du patrimoine naturel et culturel (la Citadelle du Cap ou le Bassin Bleu de Jacmel par exemple), de l’agriculture locale (notamment le vétiver, la mangue francisque ou la pintade) et enfin les produits de la petite industrie et de l’artisanat comme par exemple le chocolat, la cassave douce ou le fer découpé.

Plan de développement de la filière café (2015-2025)

L’Institut National du Café d’Haïti (INCAH), un organisme public, autonome , à but non lucratif et placé sous la tutelle du Ministère de l’Agriculture des Ressources Naturelles et du Développement Rural (MARNDR) a pour mission générale de contribuer au développement de la filière du café, tout en veillant à l’amélioration des conditions de vie des personnes y travaillant. Conformément aux orientations stratégiques de la politique nationale de développement du secteur café, l’Institut se constitue en interface entre les différents intervenants de la filière.

Grand axes du développement de la filière café (2015-2015) :

  • Production rénovation de 60% du verger actuel (12 millions de plantules de café et 5 millions d’arbres de couvertures (sucrin, saman, citrus, bananier) à produire chaque année) ;
  • Lutte intégrée contre la rouille (Hemileia vastatrix) et le scolyte des cerises ;
  • Formations et recherche (création et renforcement école technique); partenariats avec institutions de formations et centre de recherche nationaux et internationaux ;
  • Commercialisation et marketing (régularisation du commerce trans-frontalier, alimentation des marchés porteurs (marchés spéciaux et gourmets)) ;
  • Gouvernance : Meilleures coordination des interventions des acteurs tenant compte du Plan Haïtien de Développement de la Filière café (renforcement de l’INCAH et des organisations de producteurs).  

L’aquaculture, une solution d’avenir pour Haïti

Les stocks naturels de poissons en mer diminuent à travers le monde et l’élevage de poissons est une opportunité économique, qui se développe rapidement dans de nombreux pays, surtout dans la caraïbe y compris en Haïti, qui dispose d’un important potentiel de développement aquicole et de pêche continentale (pêche en lac). Après Cuba, Haïti est le pays des Caraïbes qui possède le plus de ressources en eaux intérieures, disposant de 23,000 hectares de plans d’eau dont près de la moitié est composée de lacs d’eau douce et l’autre moitié par le lac Azuéi [Étang saumâtre, 11.500 hectares].

Grâce aux différents investissements publics et privés, de 2011 à 2014, la production aquacole annuelle en Haïti, est passée de 200 tonnes métriques (Tm) à 550 Tm. L’objectif est d’atteindre en 5 ans, 10,000 Tm, soit près de 50% des besoins de la population haïtienne et réduire d’autant les importations en devises.

Voir aussi…

Découvrir HaïtiSe nourrir en HaïtiSe soigner en HaïtiSe déplacer en Haïti ∗ Se loger en Haïti ∗ Investir en Haïti ∗ Travailler en Haïti ∗ La fiscalité en Haïti ∗ Les petites annonces

  

Espace réservé pour vos liens sponsorisés

(Pour plus de renseignements prenez contact avec nous sur le site)

  

Voir aussi… OPPORTUNITÉS D’INVESTISSEMENT…

Tunisie ∗ Maroc ∗ Algérie ∗ Cameroun ∗ nin ∗ GuinéeTogo ∗ Côte d’Ivoire ∗ Gabon ∗ gal ∗ Mali ∗ Burkina Faso ∗ Niger ∗ Tchad ∗ Madagascar ∗ Congo

Retour >>Opportunités d’investissement dans les pays francophones    

Retour >>Page d’accueil

facebook

Expatmosaïque s’efforce de diffuser des informations exactes et à jour, et corrigera, dans la mesure du possible, les erreurs qui lui seront signalées. Toutefois, elle ne peut en aucun cas être tenue responsable de l’utilisation et de l’interprétation de l’information contenue dans cette publication.