Se déplacer au NIGER

Les différents modes de déplacement

Routes

Le réseau est assez bien développé, hormis dans la région saharienne. Des axes goudronnés relient les grandes villes. Pour les routes goudronnées, le goudron est dans l’ensemble assez correct, même si sur certains tronçons, il n’est pas au mieux de sa forme.

La route reliant Agadez à Zinder est goudronnée aux deux tiers et, sur la partie centrale, la piste de sable est épuisante. Peu d’habitants, végétation et paysages assez monotones. Le 4×4 est obligatoire ; si vous n’en possédez pas, il vous faudra passer par Tahoua, Birni-N’Konni et Maradi.

Pistes

Tous les autres axes de circulation sont des pistes. On en trouve 3 sortes :

– Les pistes stabilisées en latérite, utilisables parfois par les voitures de tourisme (se renseigner auprès des autorités ou des taxis-brousse).
– Les pistes permanentes, balisées ou non, sont en général bien tracées par la circulation et nécessitent un véhicule 4×4.
– Les pistes à praticabilité aléatoire, pas toujours bien tracées, exigent un bon 4×4 et un guide pour la partie saharienne.

Les déplacements, uniquement à titre professionnel impératif, s’effectuent sous escorte armée.

Quelques conseils

– Ne jamais rouler de nuit, sauf en cas de force majeure.

– Il est recommandé de ne pas voyager seul.

– Ne jamais négliger ses provisions d’eau, car on peut parfois faire plus de 100 km sans rencontrer un point d’eau ! Sur les longs trajets, avoir des réserves suffisantes en eau, en nourriture, et avoir du matériel de secours.

– Attention : pour accéder à une piste au Niger, en zone désertique, il est obligatoire d’avoir un guide. Il est même conseillé de « réserver » son guide à l’avance. Prendre beaucoup de précautions en choisissant un guide. Exiger de le voir avant de partir, se mettre d’accord sur les conditions de voyage et le trajet exact.

– En voiture, les contrôles de police sont beaucoup moins nombreux qu’il y a quelques années. La règle : être patient.

– Quand on croise un véhicule, mettez son clignotant du côté gauche pour signaler votre présence.

– Quand on double un taxi-brousse à l’arrêt, faire attention aux nombreux passagers qui en descendent de manière parfois surprenante.

– Quand on voit un troupeau ou un animal au bord de la route, on klaxonne assez tôt, afin de ne pas se faire surprendre par la direction choisie de l’animal.

Autocar

La Société nationale de transports nigériens (SNTN) est située à Niamey sur la corniche Yantala (à droite devant le palais des congrès en descendant l’avenue François-Mitterrand). Elle propose quelques lignes d’autocars desservant les grands axes du pays.

Il est recommandé de réserver plusieurs jours à l’avance. L’enregistrement des bagages se fait en général dans la demi-journée précédant le départ ou très tôt le matin pour les départs dans la matinée du lundi.

Attention, les bus partent réellement à l’heure ! Il est impératif de se présenter assez tôt pour ne pas rater le départ.

Il existe d’autres compagnies moins connues (Aïr Transport, El Hadji Garba Maissage…) qui ont des dessertes plus limitées. Même si leurs bus sont un peu moins ponctuels et pas toujours aussi confortables, elles restent une très bonne solution.

Taxis-brousses

En général moins rapide mais aussi moins confortable et moins cher que le bus, le taxi-brousse constitue le principal moyen de communication. Les ancestrales camionnettes Peugeot 404 et 504 ont été remplacées par des minibus de marque japonaise, un peu plus confortables, mais toujours aussi bondés.

Sur certaines longues distances, ce sont des berlines break qui assurent les liaisons ; elles sont un peu plus rapides et un peu plus chères. Dans les zones où la piste est difficile, vous trouverez des 4x4pick-up. La fréquence est fonction de la demande et du chargement ; ils ne partent que quand ils sont pleins. Il est donc bien plus facile de se déplacer les jours de marché. La conduite est souvent un peu musclée.

Pour la circulation en dehors des grandes routes, il est préférable de choisir la voiture plutôt que le taxi-brousse.

Camion

Sur certains parcours, c’est le seul moyen de transport. On voyage alors sur les marchandises. Particulièrement éprouvant quand 50 personnes s’y entassent. Quant à la vitesse, compter une moyenne horaire assez faible, avec des pointes à 60 km/h.

Avion

Les aéroports de Niamey et d’Agadez accueillent les vols internationaux.

– Air France assure 4 liaisons hebdomadaires directes Paris-Niamey.

– Royal Air Maroc assure 6 liaisons hebdomadaires Paris-Niamey.

Quant aux vols intérieurs, il n’y a pas de service régulier, les jours et horaires de départ étant aléatoires.

Voir aussi…

Découvrir le NigerSe nourrir au NigerSe soigner au NigerSe loger au NigerInvestir ∗&∗ Opportunités d’investissement au Niger ∗ Travailler au Niger ∗ La fiscalité au Niger ∗ Les petites annonces

  

Espace réservé pour vos liens sponsorisés

(Pour plus de renseignements prenez contact avec nous sur le site)

  

Voir aussi… Se DÉPLACER…

Tunisie ∗ Maroc ∗ Algérie ∗ Haïti ∗ Cameroun ∗ nin ∗ Guinée ∗ Togo ∗ Côte d’Ivoire ∗ Gabon ∗ gal ∗ Mali ∗ Burkina Faso ∗ Madagascar ∗ Congo ∗ Suisse ∗ Paris (France) ∗ Tchad ∗ Belgique ∗ Canada ∗ Marseille (France)

Retour >>Se déplacer dans les pays francophones

Retour >>Page d’accueil

facebook

Expatmosaïque s’efforce de diffuser des informations exactes et à jour, et corrigera, dans la mesure du possible, les erreurs qui lui seront signalées. Toutefois, elle ne peut en aucun cas être tenue responsable de l’utilisation et de l’interprétation de l’information contenue dans cette publication.